Vous êtes un PRO? Cliquez ici pour faire partie de notre répertoire.

Pourquoi devenir un client de Gorenov.com

  • Obtenez une page complète décrivant vos services dans notre répertoire
  • Plus de 20 000 visites par mois
  • La meilleure visibilité sur les moteurs de recherche
  • Augmenter votre visibilité en ajoutant vos projets et vos promotions
  • Maximiser votre réseau sur la toile

Identification

Récupérer mot de passe

ACCUEIL >> Articles vedettes >> Centre sportif et de loisirs

Centre sportif et de loisirs

koz_04D’audace ce bâtiment ne manque pas. Il suffit pour s’en convaincre de prendre la seconde à gauche en descendant l’avenue de Longchamp depuis la station les Côteaux à Saint-Cloud. A peine a-t-on laissé une paisible enfilade de maisons bourgeoises et cossues, tranquilles héritères d’une tradition francilienne de meulières-péronsplatanes, que l’on tombe nez-à-nez avec un drôle de bâtiment, à la fois massif et enfantin, cubiste plus que cubique, définitivement «flashy», convoquant le souvenir heureux du jouet pour enfants.

Un bâtiment totem et sympatique, qu’on dévine dévolu à des activités festives et à une population jeune et qu’on situerait spontanément à Rotterdam plutôt qu’à St Cloud.

Par sa gaité et son anticonformisme, le bâtiment tranche avec la ZAC dans laquelle il est implanté, derrière un immeuble neuf de logements privés, à côté des bureaux néo-hausmanniens et d’une crêche du même acabit. C’est avec l’école maternelle années 30 en vis-à-vis qu’il décline une complicité, filant la métaphore de la cour en balcon, des coursives, de la couleur brique et du parvis. Quant à l’école maternelle années 70 d’à-côté, il entretient avec elle une affinité manifeste de volumes.

Un drôle de petit chateau-fort en somme que l’on doit à l’audace de la Ville de Saint-Cloud. Celleci se dote ainsi d’un équipement qui dynamise son image, l’ouvre aux écritures architecturales les plus contemporaines, actuelles et optimistes.

Superposer n’est pas isoler

Ce projet concrétise un véritable casse-tête programmatique : superposer 2 programmes autonomes sur une parcelle pourtant contrainte. KOZ a choisi :
- d’utiliser au maximum la parcelle impartie, d’occuper tout l’espace ;
- de créer un gros bloc fait de plusieurs cubes et de l’extruder, le creuser comme un canyon ;
- de superposer le programme sans isoler ses composantes en les mettant en communication et en tension réciproque par un jeu de failles qui amènent dans les profondeurs du bloc une lumière franche et épaisse.

Les espaces sont mis en relation par un un jeu de correspondances sensibles. Ils sont superposés sans être isolés. Les programmes dialoguent l’un avec l’autre grâce à des échappées visuelles : on se voit de part et d’autre, on se «ressent», on parvient aisément à se repérer dans un bâtiment à l’organisation spatiale fluide mais inhabituelle. Pour autant, l’autonomie fonctionnelle et administrative des 2 équipements (entrées distinctes, horaires de fonctionnement différents) est respectée.

koz_13Un jeu de couleurs franches

Le bâtiment se caractérise par un emploi très franc et décompléxé de la couleur, selon une large palette allant du rouge au vert, passant donc nécéssairement par le jaune, le rose, l’oranger. Ces couleurs sont appliquées en larges bandes sur la façade. A l’intérieur, ces mêmes couleurs se retrouvent de façon systématique dans les volumes du programme alignés sur la bande. Un code couleur qui permet de situer, à l’extérieur, les espace dans lesquels on a évolué à l’intérieur. Une initiation au volume pour néophytes plus ou moins jeunes.

Des espaces à s’approprier

Au-delà des fonctions des activités identifiées dans la programme, l’agence mise sur l’imagination et l’inventivité des occupants. C’est ainsi que l’agence a traité les circulations, rampes d’accès et coursives qui sont larges et aérées, faisant jusque 3 fois la taille réglementaire. La rampe qui mène à la terrasse de jeux et d’apprentissage est conçue selon la même idée. Elle représente du fait de son exceptionnelle largueur un espace « en plus» et participe en toute sécurité à la continuité physique et visuelle forte entre les espaces intérieurs et extérieurs du centre de loisirs. En effet, elle a été traitée avec l’ambition d’en faire un espace à part entière, en liaison direct avec l’intérieur du batiment, presque accessible de plain-pied depuis le centre. Un endroit auto-securisé, sans marches, doté de garde-corps de 1,80 m et vers lequel les enfants peuvent se rendre en toute sécurité.

koz_06Un ruban de béton

Le bâtiment est un empilement de programmes (gymnase, salle de pans, centre de loisirs, terrasse) emballés dans un ruban de béton. Ce matériau s’est imposé car il permet de mettre en valeur la présence sculpturale du bâtiment, tout en apportant une réponse efficace aux exigences
- de superposition des programmes sans mettre de poteaux au milieu d’un terrain de baskets … ;
- d’isolement acoustique entre les deux composantes du programme.
Schématiquement, le projet est constitué de panneaux de béton préfabriqués porteurs. Le béton armé, matricé et teinté, contraste avec les surfaces colorées en panneaux de stratifié.

Des façades de couleur

La façade principale est en verre teinté selon un dégradé allant du rouge au vert. Les 3 autres façades sont plus unies.

Un projet durable

KOZ fait partie de la génération «chasse au gaspi». Les failles dans le bâtiment et la facades en verre apportent une lumière naturelle maximale. Le béton s’est imposé pour les raisons évoquées ci-dessus mais le choix s’est porté sur du béton préfabriqué.Les façades en verre teinté permettent un bonne protection solaire et une durabilité de la couleur. Enfin, le centre sportif et de loisirs propose de réelles facilités de surveillance et de maintenance.

KOZ Architectes

KOZ architectes a été crée en 1999 par Christophe Ouhayoun et Nicolas Ziesel, tous deux :
- diplômés de l’école d’architecture de Paris-Belleville en 1993;
- ayant accessoirement résidé aux Etats-Unis dans leur enfance ;
- inconditionnels de Mac-Intosh avant de virer dans les logiciels libres ;
- versés dans l’imagerie 3D et les cultures urbaines
- plutôt à l’aise avec le discours sur la conduite du changement dans la fabrique de la ville.

KOZ est membre fondateur du collectif d’architectes PLAN01, créé en 2001 avec les agences Atelier du Pont, Bocabeille-Prégo Architectures et Philéas. Avec PLAN01, ils ont fondé PLAN02, un bureau interne d’écoconception interne, fondé sur l’indexage en temps réel des projets des agences sur les exigences environnementales et sociales de la ville contemporaine.

KOZ produit des bâtiments atypiques, généreux et sensibles qui redéfinissent les lieux de la collectivité et mettent en perspective la mixité des usages. KOZ défent une architecture attentive à son contexte, créant la surprise, le «supplément d’usage», faisant emerger des espaces résiduels facilement appropriables et offerts à l’imagination des habitants, usagers, entourages.

KOZ assure régulièrement des missions étendues : maîtrise d’oeuvre, pilotage de chantier, synthèse, signalétique, mobilier. Le travail est organisé selon des postulats de rigueur, d’autonomie, de valorisation des compétences et de créativité. L’équipe est composée de 8 à 12 personnes, architectes, infographistes, communicant, gestionnaire.Tous veillent à la coordination des informations et participent à leur échelle aux prises de décisions qui jalonnent le projet.

KOZ profite de la synergie et du retour d’expérience des agences de PLAN01 dans un espace de travail partagé de 600m2, sur la rive droite de Paris.

Pour plus d’information : www.koz.fr

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Bookmark and Share

Articles qui pourraient vous intéresser...

Les Pros en lien avec votre recherche...


Donnez vos commentaires sur cet article!


(Ne sera pas publié)